Rechercher
  • L'équipe Pourprées

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Le syndrome des ovaires polykystiques, SOPK pour les intimes, est une maladie gynécologique endocrinienne qui concerne près d’une femme sur 10. Pas toujours facile à diagnostiquer, cette pathologie endocrinienne est pourtant la plus fréquente chez les femmes réglées. Aujourd’hui, la team Pourprées t’en raconte un peu plus ! 




Les causes.


Malheureusement, les causes du SOPK sont encore un peu confuses. Il est cependant constaté que cette pathologie touche souvent plusieurs femmes de la même famille et que ces dernières ont généralement des troubles hormonaux.


Les symptômes. 


Le SOPK se développe quelques temps après la puberté, mais également à la fin de l’adolescence et au début de l’âge adulte. Ses symptômes passent souvent inaperçus, ce qui retarde le diagnostic de syndrome des ovaires polykystiques. Même si elle n’est pas systématique, la perturbation des cycles menstruels (règles irrégulières ou absentes), est l’un des principaux symptômes du SOPK.


Les autres symptômes sont : 


  • Une prise ou perte de poids difficile à contrôler

  • L'hirsutisme, l’apparition de poils sur le visage, le dos, la poitrine... 

  • La chute de cheveux

  • L’acné et les migraines, provoquées par les changements hormonaux

  • Des taches foncées sur la peau peuvent apparaître sur certaines zones du corps 

  • Les sautes d’humeur

  • Une baisse de la libido

  • Des douleurs pelviennes et des saignements abondants pendant et en dehors des périodes de règles

  • L’infertilité, le SOPK est l’une des principales causes d’infertilité féminine.


Attention ! Ces symptômes sont une liste exhaustive. Certaines femmes n’ont aucun symptôme ou très peu. D’où l’importance d’aller régulièrement chez son gynécologue.


Diagnostic. 


Si vous repérez l’un ou plusieurs de ces symptômes, il est conseillé d’en parler avec votre médecin ou gynécologue. Ce dernier pourra alors vous prescrire des examens comme une échographie pelvienne ainsi qu’un bilan hormonal. 


Traitement.


À ce jour, il n’existe aucun traitement curatif, mais il est tout à fait possible de traiter les symptômes séparément. Une bonne alimentation joue un rôle important dans le traitement des différents symptômes du SOPK. Mais attention à ne pas vous lancer dans des régimes, il est impératif de se faire suivre par un médecin/nutritionniste ou diététicien.


L’important, c’est d’avoir un bon praticien en qui vous avez confiance et qui pourra vous conseiller et suivre au mieux ! Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à consulter le blog esp-opk



Notre communauté

Instagram - Cercle blanc
Facebook - White Circle
Twitter - Cercle blanc

Plan du site